Chez Annie et Michel

Chez Annie et Michel

Le Jardin des Rolphies

Lien direct >    Le Jardin

 

Le Jardin des Rolphies

 

 

Ce jardin n'a pas été envisagé comme jardin d'agrément, il répondait à un besoin de s'approprier un lieu de vie qui venait de m'être offert par des parents inhabituellement généreux, puisque d'un milieu non fortuné.

Arrivé ici à l'automne 1984, avec un sentiment immense de liberté et d'indépendance  seul au milieu des bois , cette maison étant auparavant une résidence secondaire, un refuge de chasse sur tous les plans !

Jardin voulu, peut-être en souvenir d'un grand-père maternel, quasi copie de Joseph Delteil sur le plan physique et éthique  amoureux de la nature et de sa terre  et d'une grand-mère paternelle, certes plus villageoise, mais qui aimait les discussions, les soirs d'été, sous les arbres du parc proche de l'avenue Jeanne d'Arc, à Périgueux. J'y ai connu enfant, la douce volupté de la floraison du tilleul avant une sereine nuit de sommeil. Les matinées, lorsque nous n'allions pas au marché, me trouvaient occupé à la recherche d'escargots roses, nacrés ou en forme de vis sans fin sous les somptueux hortensias et les parterres de dalhias de la belle Rosalie, ma marraine et grand-mère.

Chez mon parrain et grand-père, Jean Léopold, je vivais dans la cour et les prés avec poules, coqs, canards et deux vaches noires et blanches qu'il aimait. Un cochon grognait dans l'étable ; il se montrait parfois dans sa cour grillagée non loin des clapiers à lapins.

C'est donc pour moi une condition d'accès au bonheur que de vivre selon les saisons, parmi les floraisons, l'herbe, les arbres et les oiseaux.

Ce lieu, aux Rolphies, fut l'opportunité de la création de mon propre univers, m'autorisant à y retrouver les parfums et les plaisirs d'autrefois... en y ajoutant de multiples découvertes, si bien que mon goût pour les collections s'exerça également en ce domaine. On peut y admirer selon les saisons, une collection de cornouillers (Cornus Nuttallii, Controversa et sa déclinaison variegata, huit variétés de Florida superbes, cinq de Kousa et le délicat Cornus Alternifolia Argentea). La collection de robiniers mérite, elle aussi, le coup d'oeil, par la variété de ses floraisons, parfois de ses feuillages.

C'est un jardin botanique et floral où les rosiers lianes et leurs semis spontanés enlacent arbres et  végétaux de floraison blanche, rosée ou crème, aux parfums suaves. J'ai parcouru pépinières et catalogues pour le concevoir et lui donner ses spécificités.

Ce jardin est du type des jardins de clairière gagnés sur la forêt environnante. Il abrite une collection botanique dans une harmonie romantique du type jardins anglais.

Il a reçu les pas de quelques visiteurs prestigieux, d'artistes dont beaucoup étaient des amis ou des relations.

Olivier en est aujourd'hui, le maître d'oeuvre. Son action révèle un grand talent. Il a redonné à ce parc, jeunesse et harmonie. J'avoue avoir un peu abandonné les lieux à cet expert et à la faune. Aucun traitement ne peut y nuire à l'écosystème et les abeilles s'installent même dans les cheminées de la petite maison des bois, profitant de floraisons mélifères, de février à décembre. L'automne y est flamboyant de par le choix des végétaux et des coloris de leurs feuillages de fin de saison. C'est un grand embrasement.

Alors que plus de vingt années se sont écoulées depuis mon arrivée aux Rolphies, je peux aller entre tilleul et Phellodendron Amurense (arbre de l'amour) penser à ma grand-mère Marie-Rosalie et me souvenir des belles heures de mon enfance avenue Jeanne d'Arc ou aux Petites Brandes avec Léopold et Clotilde. Jamais tant que la vieillesse venant, le souvenir de nos chers grand-parents nous habite. Ils sont désormais chaque jour avec nous, dans nos coeurs et nos pensées, nous qui occupons désormais la place qu'ils occupaient alors si heureusement.

 

Jean Alain Joubert

20 juillet 2008



30/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour